2'132
nombre de membresau 31.12.2017
Newsletters

L'éditorial

RUDOLF VONLANTHEN
Député, Président APF/HEV Fribourg

Chère Propriétaire,
Cher Propriétaire,

2018 sera pour nous tous, propriétaires fonciers, une année importante. Que nous apportera-t-elle ? Comment la politique posera-t-elle des jalons pour l’avenir ?

La commission du Conseil des Etats compétente en la matière se penchera une nouvelle fois, ce printemps, sur l’abolition de la valeur locative. Nous avons de bonnes raisons d’espérer que cela aboutisse cette fois, parce que les parlementaires fédéraux sont conscients de ce problème et qu’ils ont promis un changement déjà à maintes reprises. Après toutes les belles paroles, il est temps de passer aux actes.

Markus Bapst et moi-même avons déposé une motion, lors de la session de novembre du Grand Conseil, pour baisser massivement l‘impôt foncier dans le canton de Fribourg et fixer le taux maximum à 1 pour mille (au lieu des actuels trois pour mille). L’impôt foncier était destiné à l’origine au financement des infrastructures communales. Aujourd’hui celles-ci sont réglées par des financements spéciaux, sauf pour les routes. Les taxes pour l’évacuation des eaux, des eaux usées et pour l’élimination des déchets sont perçues sur le principe du pollueur-payeur, ce qui correspond à l’esprit du temps et à la législation fédérale. Les propriétaires fonciers remboursent aujourd’hui plusieurs fois les services à la collectivité.  Nous rappelons que nous connaissons, à part l’impôt foncier, l’impôt sur le gain immobilier, l’impôt sur les mutations, l’impôt sur le gain en capital, l’impôt sur la fortune, que nous prenons en charge l’intégralité des coûts de raccordement, que nous assumons les frais de permis de construire, que nous déboursons les coûts du raccordement du quartier au réseau routier, que nous payons les taxes pour les eaux, les eaux usées et les poubelles et, finalement, que nous sommes encore imposés sur la valeur locative. La stratégie énergétique 2050 ajoutera d’autres dépenses. L’impôt foncier est donc une charge injustifiée pour le propriétaire et sans contrepartie par la collectivité. Il est donc anachronique et doit être aboli ou, tout au moins, fortement diminué. Nous ne pouvons qu’être tous curieux de la réponse du Conseil d’Etat.

Nous ne pourrons relever avec succès les défis liés à ces deux sujets que dans le cadre d’une association forte. Faites donc la publicité nécessaire pour que nous puissions nous targuer, cette année encore, d’une grande augmentation de nos membres.

Mais vous avez de toute façon en tant que membre, encore d’autres avantages. Vous avez, entre autres, droit à 10% de rabais sur vos assurances véhicules à moteur (responsabilité civile, casco, occupants), sur vos assurances responsabilité civile privée, ménage et bâtiment grâce à notre partenariat avec la Vaudoise Assurances. Cette action veut aussi faciliter l’acquisition de nouveaux membres.